Rechercher

Le défi de la mémoire

Tourner un peu partout dans le monde, cela veut dire faire la collecte d'informations, d'images, de témoignages qui rendent compte de notre développement, de notre histoire, de l'évolution de notre connaissance mutuelle. Cela représente des centaines d'heures de films, de vidéos, d'images numériques. Il faut les classer, les protéger. Les aimer. Cela demande du travail, de la mémoire. Du dévouement. De la passion. C'est comme l'héritage d'une vie, de plusieurs vies. Aujourd'hui, la conservation de ce patrimoine est un défi. Parce que certains supports sont obsolètes. Que d'autres demandent une attention particulière. Lorsque toutes les images auront été numérisées, il faudra aussi développer une stratégie de conservation des numérisations, et cela ne voudra pas dire qu'on peut se départir des supports originaux.

Ce défi de la mémoire est partagé par tous ceux qui ont créé du contenu au fil des ans. Ici et ailleurs.

C'est un vaste chantier car il faut inventer le cadre dans lequel nous pourrons collectivement léguer ces traces de notre vie aux générations futures. Les livres qui ont été écrits au cours des derniers siècles ne se sont pas effacés. Or c'est ce qui menace ce que nous avons créé en images.

Une fois numérisées, les images redeviennent accessibles, sources de citations, de création, d'analyses, de réflexion. Elles peuvent être partagées avec le monde de la connaissance et viennent enrichir les corpus qui nous permettent de mieux comprendre les enjeux de nos sociétés.

Quelques bobines de film à numériser. Merci à la Cinémathèque québécoise qui a joué un rôle essentiel dans la préservation de notre patrimoine film.