Les enfants de la nuit

Une réalisation de

Rachel Alouki Labbé

Durée:

52 min

Dans un taxi qui défile sous la pluie, sous le regard inquiet du chauffeur, une femme souffre en silence. À ses côtés, une voix se fait rassurante. Des mains s’approchent d’elle et déposent sur son ventre l’enfant qui vient de naître. Nous sommes aux portes de l’Hôpital Lacor, celui-là même où ont œuvré les Dr Lucille Teasdale et Piero Corti pendant plus de 30 ans, dans le Nord de l’Ouganda. Pour la petite histoire, cette fille qui arrive au monde portera le prénom de celle qui l’a accueillie, la réalisatrice Rachel-Alouki Labbé. À 50 kilomètres de l’Hôpital se trouve le camp d’Amuru où vivent 50 000 réfugiés. Parmi eux, ceux qu’on appelait les enfants de la nuit et qui venaient se réfugier la nuit aux abords de l’Hôpital pour éviter d’être enlevés par les rebelles. « Les enfants de la nuit » est un film sur l’espoir et la naissance. Comment naître, vivre et survivre au cœur d’un camp de réfugiés dans un pays qui a connu les horreurs de la guerre. C’est dans ce milieu chaotique que la réalisatrice est venue poursuivre une quête qu’elle mène depuis des années sur le thème de la naissance. Un milieu où plus de 88% des femmes accouchent entre elles et avec des sages-femmes traditionnelles parfois improvisées.