Si j'avais les ailes d'un ange

Liste des épisodes

Une série de 26 épisodes d'une demi-heure

0

Une série réalisée et animée par Grégoire Viau et produite par Daniel Bertolino et Catherine Viau. Avec la collaboration du Centre d'études et de coopération internationale ( le CECI). Les enjeux du développement international sous l'angle de la coopération canadienne dans le monde.

À la rescousse bébés

1

Avec Elisabeth Côté. Éducation des mères à la bonne nutrition de leurs bébés. En compagnie d'une équipe d'animatrices et de nutritionnistes maliennes, Elizabeth Côté s'affaire dans sept quartiers périphériques de Bamako pour regrouper les mères autour du thème de l'alimentation des bébés; ce n'est pas la nourriture qui manque au Mali, mais l'information...

La reconquête des terres ancestrales

2

Avec Pierre Boutin. Création de coopératives agro-alimentaires sur les terres reprises aux haciendas. Raymond Boutin et Josée Lagarde travaillent avec des descendants des Incas qui ont pu racheter leurs terres ancestrales aux propriétaires d'haciendas, au terme d'une longue lutte. La dette est lourde, mais la terre est fertile...

Refaire le toit du monde

3

Avec Diana Merlini. Appui aux organisations villageoises. Au Népal, Diana Merlini visite des villages qui n'ont jamais connu la roue. Les paysans de Dailekh et de Jumla sont loin de tout et ignorés de tous. Diana, une experte en marketing, a troqué ses talons hauts pour ses chaussures de montagne, et travaille avec ces paysans à ouvrir de nouveaux marchés pour leurs récoltes...

Le coton de la savane

4

Avec Chantal-Sylvie Imbeault, Isabelle Rivard. Participation des femmes aux structures coopératives. Le café et le cacao ont fait la fortune de la Côte d'Ivoire, mais ce sont des cultures du sud du pays. Le nord aride est resté très pauvre malgré une grosse production de coton. C'est là que nos coopérantes participent à l'intégration des villageoises dans les structures coopératives déjà en place.

Virage capitaliste au pays de l'oncle Ho

5

Avec Diana Merlini, Lucien Bernier et Chantal Grisé. Amélioration des cultures traditionnelles, appui aux PME et conservation du patrimoine urbain. À l'instar de la Chine, le Vietnam a amorcé il y a quelques années son virage vers l'économie de marché; trois coopérants canadiens y travaillent à faire fructifier des ressources considérables. Ça bouge au Vietnam!

Les cochons d'Inde du désert

6

Avec Joane Desjardins. Appui aux initiatives productives des femmes - Production de cochon d'Inde Tacna, ville franche frontalière, est un ilôt de prospérité au milieu du désert le plus aride du monde. C'est une prospérité qui ne profite qu'à quelques-uns, mais qui attire les paysans de la sierra qui viennent grossir les bidonvilles de Tacna. Les hommes cherchent du travail et les femmes restent seules à s'occuper de la ferme. Afin d'augmenter leurs revenus, elles élèvent des cochons d'Inde, une petite créature pleine de protéines qui peut rapporter beaucoup.

Les chercheurs d'eau

7

Avec Michel Paradis et Normand Bouthot. Aménagement hydro-agricole dans les provinces du Passoré et de l'Oudalan L'ancienne Haute Volta est au beau milieu du Sahel où l'eau se fait rare. Deux coopérants soutiennent les paysans de la brousse à retenir ou à recueillir l'eau qui tombe à la saison des pluies: ce sont les diguettes et les boulis. Deux méthodes qui permettent de conserver l'eau pendant les neuf mois de la saison sèche.

Persiste et signe

8

Avec Dominique Pinsonneault. Appui à l'éducation et à la formation des enfants et des jeunes sourds Dominique Pinsonneault, linguiste de formation, rêvait de travailler en Afrique depuis son plus jeune âge. Elle travaille maintenant à Bamako, où elle forme des formateurs de jeunes sourds, avec le langage des signes. Une nouvelle langue est en train de s'écrire à Bamako.

Les petites soeurs de Soeur Docteur

9

Avec Soeur Suzanne Labelle. Promotion de la santé en milieu rural Suzanne Labelle, 67 ans, cumule trois fonctions en Bolivie: elle est médecin, coopérante et missionnaire. Médecin, elle apporte une formidable expérience à des populations privées de tous les services; coopérante, elle forme des auxiliaires de santé au sein même de ces populations, afin d'établir des structures sanitaires permanentes; missionnaire religieuse, elle prêche la Bonne Nouvelle par l'exemple, en consacrant sa vie aux autres — une vie d'aventures menée tambour battant depuis plus de trente ans sur les pistes des haut plateaux andins.

Femmes d'avenir

10

Avec Martine Breault. Amélioration de la position sociale des Sénégalaises. Intégrité physique et morale, reconnaissance juridique et participation politique: trois axes qui mobilisent la coopérante Martine Breault et son homologue sénégalaise Elisabeth N'Dione. Les femmes du Sénégal ont une longue pente à remonter, mais l'ascension est commencée. Témoins ces hommes de plus en plus nombreux qui font cause commune avec elles...

Piéger les nuages

11

Avec Brad Henderson et Debbie Falk. Approvisionnement en eau potable et appui aux organisations féminines des hauts plateaux La vie n'est pas facile à trois mille mètres d'altitude, mais pour les descendants des Incas qui ont été refoulés au fil des siècles jusqu'à Pachamama Grande, il s'agit de tirer le meilleur profit d'une terre ingrate, où le manque d'eau potable pose de graves problèmes de santé aux populations. À cette hauteur, on a la tête dans les nuages, mais ceux-là ne font que passer. On a trouvé une manière fort originale de les piéger, et les réservoirs regorgent désormais d'une eau impeccable.

Sauvons notre quartier

12

Avec Pierre Boutin. Appui à l'Association des habitants du quartier de Hersent à Thies. Il fallait un beau projet pour retenir pendant deux ans dans la même ville un infatigable bourlingueur comme Pierre Boutin. Ce projet est la revalorisation d'un quartier défavorisé de Thies, la deuxième ville du Sénégal, où les habitants ont décidé de s'attaquer eux-mêmes aux nombreux problèmes de la cité, du chômage chronique au contrôle des crues. La vie peut être belle en ville, quand c'est la volonté du peuple...

Radio-Solidarité

13

Avec Marcel Calfat. Appui à la programmation et à la gestion de radios communautaires. Le terrain a été défriché il y a trente ans par un prêtre oblat américain d'origine québécoise; aujourd'hui les radios communautaires propagent d'une montagne à l'autre une foule de messages qui renforcent la fierté des indigènes de Bolivie. Marcel Calfat, ancien journaliste et réalisateur à la radio de Radio-Canada, parcourt le pays tout entier pour aider ces radios à offrir le meilleur service possible aux populations qu'elles désservent.

Haiti, Démocratie, promotion de l'État de droit (et lutte contre l'impunité)

14

Avec Gérard Côté. Haiti a tout connu depuis quelques décennies sauf la stabilité et la croissance. Après le coup d'État du général Cédras, qui avait contraint à l'exil le président-élu Aristide, Haiti panse ses plaies. À la dictature sanglante succède une stagnation qui frustre une population blessée et épuisée: à la fin de 1998, le pays n'avait toujours pas de gouvernement depuis plus d'un an et demi. Une crise de leadership qui incite de plus en plus la société civile à prendre l'initiative. Aujourd'hui les Haitiens demandent justice et réparation pour les crimes commis par l'armée sous le coup d'État. Ils demandent aussi un État digne de ce nom qui protège et sert la population . Gérard Côté et son équipe appuient plusieurs organsiations qui font la promotion de la démocratie pour un peuple qui n'a connu que les abus en deux siècles d'indépendance

Haiti, Éducation, renforcement des infrastructures, alphabétisation

15

Avec la Fondation PGL. HAITI Éducation, renforcement des infrastructures, alphabétisation avec Marie-Michelle et Benoit Fournier et Jacques Hillman (Fondation PGL) Un pays où 90% de la population est analphabète porte un énorme boulet qui entrave son développement. L'analphabétisme et le manque d'accès à l'éducation est un fléau que combat en Afrique et en Haiti notre illustre fondateur du ministère québécos de l'éducation, Paul Gérin-Lajoie, à travers la fondation qui porte son nom. À Saint-Marc, dans la région de l'Artibonite, c'est Benoit Fournier qui dirige la nouvelle antenne haitienne de la fondation PGL, après avoir lancé avec succès les activités de cette même fondation au Sénégal. Avec son épouse Marie-Michelle et son équipe d'Haitiens déterminés, Benoit mène un combat passionné pour faciliter l'accès des Haitiens aux écoles des écoles qui devraient être un cadre accueillant et stimulant pour la nouvelle génération d'Haitiens.

Guatemala, Démocratie, application des accords de paix

16

Avec Allan Quinn. Le 29 décembre 1996, la guerilla communiste et le gouvernement guatemaltèque signaient des accords de paix qui mettaient fin à 35 ans de guerre civile, dont le bilan s'élèverait à 250 milles morts. Ces accords de paix prévoient notamment aménager davantage de place et d'opportunités aux communautés indigènes qui comptent pour plus de la moitié de la population mais qui ont toujours été tenues à l'écart de la vie publique du pays, vivant littéralement en marge du progrès. De Guatemala ciudad jusqu'aux bords du majestueux lac Atitlan, Allan Quinn nous présente des leaders autochtones qui sont en train de réécrire l'histoire de ce pays meurtri et magnifique.

Guatemala, Appui à la coopération agricole, filière café-cardamone

17

Avec Jean Laflamme. Au moment de la guerre civile, le CECI était l'une des rares o.n.g. internationales à opérer dans la province du Huehuetenango, région qui avait été le théâtre d'une répression sanglante de la part de l'armée. La guerre terminée, le CECI était en bonne position pour implanter un programme d'assistance aux coopératives de producteurs de café, dont les conditions naturelles en font certainement le meilleur du monde. Le café qui suit de près le pétrole au chapitre des denrées les plus demandées sur les marchés internationaux, mais dont les bénéfices échappent chroniquement aux producteurs isolés. Avec Jean Laflamme, nous verrons comment les cultivateurs contribuent à rebâtir leur pays en développant une meilleure connaissance de leur produit et surtout, de leurs marchés potentiels.

Guatemala, Projets à impact rapide (pour la réinsertion des réfugiés)

18

Avec Julia Sanchez. Au plus fort de la guerre civile, des dizaines de milliers de guatemaltèques ont fui leurs terres pour échapper aux tirs croisés de l'armée et de la guerilla. Plusieurs ont élu domicile dans d'autres régions du Guetemala, d'autres ont pris la route de l'exil, vers les camps de réfugiés du Mexique où certains d'entre eux ont vécu pendant plus de dix ans. La relocalisation de ces réfugiés de retour ou de toutes ces personnes déplacées pose un énorme défi dans un pays où la paix est encore extrêmement fragile, où il n'est plus question, pour toutes ces familles errantes, de réintégrer leurs terres d'origine, reprises depuis leur départ par d'autres familles. C'est pour faciliter leur relocalisation que le HCR a mis de l'avant les projets à impact rapide: dans un environnement qui est parfois radicalement différent de leur milieu d'origine, des communautés entières de réfugiés et de déplacés reprennent racine et développenent des micro-sociétés qu'elles ont elles-mêmes conçues, pour un avenir meilleur.

Burkina Faso, Appui à la coopération agricole et développement communautaire

19

Avec Daniel Filion. Avec son épouse et leurs deux filles, Daniel Filion est venu sous le chaud soleil sahélien du Burkina Faso pour prêter main-forte à Benebnooma, une association communautaire créée par un génial visionnaire, et qui offre de réelles opportunités d'épanouissement aux jeunes de Koudougou, une petite ville de province à deux heures de la capitale. Benebnooma s'est fait connaître notamment en Europe par sa troupe de danse qui y produit régulièrement des spectacles, fournissant à l'association sa principale source de revenus. Mais la petite famille Filion a finalement atterri dans la capitale où Daniel apporte aussi un soutien à une coopérative nationale de producteurs maraîchers. Cette coopérative produit principalement un aliment dont les Français sont friands et qui achètent, bon an mal an, la plus grosse part de la production: c'est le fameux haricot vert du Burkina Faso. Avec les danseurs de Saaba et les haricots verts de l'Ucobam, nous découvrons deux spécialités burkinabè qui rapportent, et qui montrent qu'on peut faire des affaires dans le Sahel.

Burkina Faso, Prévention des MTS-sida, plannning, lutte contre l'excision

20

Avec Chantal Landry. Le Burkina Faso est l'un des pays les plus pauvres du monde, mais il est régulièrement cité en exemple pour ses initiatives de développement. Comme tous les pays d'Afrique, le Burkina Faso est durement touché par le sida, témoin des lacunes traditionnelles de l'éducation sexuelle dans un pays où les tabous ne sont pas pris à la légère. Chantal Landry est sexologue, un métier que les Africains ne connaissent pas; elle se présente d'ailleurs comme spécialiste de la planification familiale. Dans la petite ville de Yako, où nous avions fait la connaissance, il y a deux ans, du coopérant Michel Paradis, Chantal prête son expertise aux associations locales qui font la promotion de la planification familiale et de la prévention des MTS. Chantal et son équipe font également la lutte contre la pratique de l'excision, une lutte dont le Burkina Faso représente, en Afrique sahélienne, le plus ardent combattant.

Mali, Développement communautaire

21

Avec Danielle et Michel Mathieu. Danielle et Michel Mathieu, la jeune cinquantaine, sont de nouveaux retraités qui ont trouvé, dans la boucle du Niger au nord du Mali, un terrain à la mesure de leur grande expérience de travail. Danielle et Michel travaillent sur deux projets différents de développement communautaire et de formation professionnelle, dans un cadre historique célébré par le grand écrivain Amadou Hampaté Ba. De Mopti à Djenné en passant par les falaises de Bandiagara en plein pays dogon, Daniel et Michel nous feront découvrir un pays rude, mais d'une richesse culturelle fabuleuse.

Guinée- Conakry, Appui à la coopération agricole, filière pêcheries, filière oignons

22

Avec Maurice Beauchamp et Dian Diallo. A l'époque de Sekou Touré, le père de la nation guinéenne mort en 1984, la Guinée Conakry était totalement coupée du monde occidental. L'exception était Kamsar, sur la côte atlantique, où 300 familles canadiennes vivaient de l'exploitation de la bauxite. Aujourd'hui, la Guinée s'ouvre au monde, et de 300 le nombre de familles canadiennes à Kamsar est passé à une trentaine: bien que les Canadiens gardent de grands intérêts dans la bauxite guinéenne, composante essentielle dans la fabrication de l'aluminium, la Compagnie Guinéenne des Bauxites qu'ils contrôlent en bonne partie embauche désormais surtout des Guinéens. C'est à l'ombre des hauts silos de la CBG que travaille Maurice Beauchamp, mais ce n'est pas la bauxite qui l'intéresse: ce sont les pêcheries. Les côtes de la Guinée sont parmi les plus poissonneuses du monde, et la pêche artisanale s'y exerce depuis des temps immémoriaux. Maurice appuie une coopérative artisanale de pêcheurs afin de tirer un meilleur profit de la ressource, de la protéger des grands chalutiers étrangers qui la surexploitent au large des côtes, mais aussi afin d'offrir le maximum de services et d'avantages à ses membres. Dans cette émision Maurice sera également l'invité de Dian Diallo à travers les montagnes du Foutah Djallon. Dian est un des piliers du CECI en Guinée Conakry et il nous fera découvrir un ancien projet articulé autour des mêmes stratégies et qui a porté des fruits durables avec les producteurs d'oignons. L'impact de ce projet a été tel que l'ancien préfet de Lelouma revendiquait, pour sa préfecture, le titre de onzième province canadienne!

Guinée Conakry, Décentralisation, développement des infrastructures de base

23

Avec Sébastien Voyneau. Après un siècle de colonisation française, après un quart de siècle de dictature commmuniste complètement coupée du monde, la Guinée Conakry entreprend une courageuse phase de décen-tralisation qui vise à redonner aux populations de la base les moyens de leur propre dévelop-pement, en suivant leur propre agenda. Sébastien Voyneau, un jeune Canadien d'origine fran-çaise, appuie ce processus qui est assorti d'un prêt de plusieurs dizaines de millions de dollars de la Banque mondiale. Sébastien nous fera découvrir une des plus belles régions du continent, celle du Foutah Djallon que l'on surnomme le chateau d'eau de l'Afrique de l'ouest parce que plusieurs des grands fleuves qui arrosent la sous-région y prennent leur source.

Népal, Production hydroélectrique, exploitation forestière

24

Avec François Vitez et Janie Bergeron. François Vitez et Janie Bergeron sont parmi les plus jeunes coopérants canadiens à l'étranger, mais ils n'en portent pas moins de très lourdes responsabilités. Ces deux anciens étudiants en génie de l'université de Sherbrooke ont tous deux trouvé, dans le cadre majestueux du Népal, un terrain à la mesure de leur talent. François est spécialisé dans l'hydro-électricité, une source d'énergie dont le Népal recèle, par sa dénivellation naturelle, un potentiel fabuleux mais qui reste complètement sous-exploité. À l'ombre des spectaculaires Anapurna, les citoyens de Lamjung ont décidé de ne pas attendre qu'une multinationale étrangère vienne leur vendre de l'électricité produite par leurs propres cours d'eau: ils ont fondé leur propre compagnie d'électricité, destinée au bénéfice même de la communauté. François a eu la chance d'accompagner cette nouvelle compagnie depuis son stade embryonnaire. A l'autre bout du pays, dans le district de Dadeldura sur la frontière avec l'Inde, nous avons pu devnier, sous les rondeurs de Janie Bergeron, une autre réalisation de François... Même enceinte de six mois, Janie continue de sillonner à pied les montagnes du Népal pour appuyer les femmes, surtout, dans l'exploitation forestière. Les forets constituent une très grande richesse pour le Népal, et leur exploitation rationnelle pourra faire vivre des milliers de familles pour plusieurs générations à venir.

Népal, Micro-crédit

25

Avec Anthony Scoggins, Coady Institute. Le concept de la finance pour les plus pauvres, ou "banking for the poors", a pris naissance au Bengaldesh avec la fameuse Grameen Bank. Le Népal a emboîté le pas avec des mesures originales et avant-gardistes pour assurer aux plus pauvres des pauvres un accès au crédit qui leur garantit des fonds pour se lancer en affaires. Dans la société très traditionnaliste du Népal, qui laisse généralement peu de place aux femmes, celles-ci montrent de plus en plus qu'elles savent gérer l'argent, qu'elles remboursent leurs emprunts rubis sur l'ongle et que l'activité économique qu'elles génèrent profite à toute la communauté. Anthony Scoggins, un Britannique d'origine élevé à Montréal, a quitté son petit port de pêcheurs d'Antigonish en Nouvelle-Écosse pour venir diriger une importante filière du micro-crédit à Katmandou. Mais Anthony n'est pas pêcheur: il est l'un des dirigeants du prestigieux Coady Institute, de l'université Saint-François Xavier, qui offre des perfectionnements en développement aux agents des quatre coins de l'hémisphère sud. Au Népal, la route du micro-crédit est d'ailleurs toute parsemée de ses anciens étudiants...

Inde, Lutte contre la lèpre

26

Avec Father Christdas . (Fondation Jules et Paul-Émile Léger). A la fin du vingtième siècle, la lèpre continue d'affliger la vie de millions de personnes à travers le monde; et pas seulement les individus qui sont porteurs de la maladie: leurs familles entières sont généralement mises au ban de leurs communautés, avec les malades. La lèpre est pourtant une maladie curable, qu'on peut soigner aisément; ce sont les préjugés qui laissent les blessures les plus profondes. La lèpre est surtout une maladie de la pauvreté: manque d'hygiène, manque d'eau potable, manque d'éducation sanitaire. La Fondation Jules et Paul-Émile Léger appuie un projet de lutte contre la lèpre au nord de l'Inde, dans le Bihar, foyer endémique de la maladie. L'histoire commence avec la rencontre du Cardinal Léger et du Frère Christdas, à Calcutta, à la fin des années 70. Compagnon de mère Térèsa, le frère Christdas s'est ému du sort des lépreux qui, chassés de leurs villages, échouaient à Calcutta où ils venaient grossir les rangs des mendiants. Le frère Christdas a décidé de s'attaquer à la racine du problème. Il a monté un vaste complexe à Raxaul, à vingt heures de train de Calcutta, où les lépreux ne sont pas seulement soignés, mais où ils apprennent qu'on peut survivre à la lèpre. Mieux: on peut développer des compétences et une fierté qui font l'envie de ceux-là même qui les avaient proscrits.